Véronique Cloutier, tu vas me faire mourir

Ça m’aura pris une semaine avant de me calmer assez pour écrire sur le sujet.

Si je m’étais prononcée le jour même où Véro a fait de moi (et de mon alter ego La Reine du Shopping) le sujet de sa chronique à Rythme FM, (écouter ici) mon propos se serait résumé à un très bref mais très senti cri du coeur:

OH MY GOD. OH MY GOD.

OH MY GAWWWWWDDD !!!

Revenons en arrière, vous comprendrez pourquoi ça m’a rentré d’dans à ce point-là.

La Reine du Shopping est née en grande pompe, en 2013, avec un show à Canal Vie. On s’entend, ça partait fort. Mais quand Canal Vie a choisi de ne pas renouveler l’émission, mon monde s’est écroulé. Avec Alex, mon partenaire (d’affaires et de vie) on avait misé beaucoup sur ce projet.  On y croyait, les commentaires étaient bons, on avait nos 180 000  fidèles chaque semaine.

“Avec LRDS, on parle de mode mais d’une nouvelle manière!”

C’est ce que nous disaient les téléspectateurs, en nous remerciant d’apporter ce type de contenu en ondes.  J’étais flattée, parce qu’être différente, aider et informer de façon vulgarisée, accessible et sans que ce soit plate, c’était mon intention première.

Le projet nous tenait vraiment à coeur, on n’allait donc pas laisser tomber parce qu’on perdait notre case horaire.  Si vous connaissiez Alex, vous sauriez aussi qu’avec lui, l’abandon n’est jamais une option.  (Ça me rassure aussi en tant qu’épouse, je dois l’admettre!) (Oui, je peux être insupportable, mais ne dévions pas du sujet.)

À la télé ou ailleurs, on sentait que les gens allaient nous suivre. On a investi dans notre projet: le studio de La Reine du Shopping, l’équipement caméra, le site web, le temps mis à produire et monter les vidéos, prendre les photos, écrire les articles, animer nos réseaux sociaux (Facebook et Instagram) … Pour mettre en perspective, à la fin de la diffusion des 13 épisodes de l’émission, notre Facebook comptait 2400 abonnées. Aujourd’hui, on est à plus de 30 000.

Bâtir de toutes pièces quelque chose qui n’existait pas avant, c’est motivant, mais c’est aussi ardu, long et c’est pas sans se remettre en question quelques fois, je ne vous le cacherai pas.  Mais je recommencerais n’importe quand. Je me suis découvert (en très grande partie grâce à Alex qui me pousse tous les jours) un côté entrepreneure qui me permet de travailler dans un univers que j’aime depuis toujours, la mode, mais avec ma façon de la voir, de la consommer.

Revenons à notre sujet principal.

Comme Véronique le dit dans sa chronique à Rythme FM, on ne se connait pas vraiment. (On peut par contre régler ça rapidement Véro, une “date” au Chien Fumant est si vite organisée!)

Mais en 2014, quand notre maison d’édition a fait faillite (tsé quand ça va mal) et qu’on a  socio-financé la Bible du Shopping Intelligent grâce à votre appui, (j’en ai encore des frissons quand j’y pense) Véronique a été généreuse envers nous. Un soir de novembre, Alex et moi étions dans un concert de l’orchestre symphonique de Laval (mon frère y est violoniste) et j’ai baillé comme un veau pendant que l’orchestre jouait La liste de Schindler. Mon père, assis près de nous, a cru que le talent de mon frère m’émouvait.  Bon, oui… mais cette fois-là, c’était plutôt Véro qui venait de publier sur son FB une longue annonce expliquant notre socio-financement à ses abonnés. Cette publication a aussitôt créé un tsunami de dons. Ça, c’est Véro.

Quelques mois plus tard, après avoir proposé un concept de “page Reine du Shopping” au magazine Véro, je me suis plutôt retrouvée à collaborer à l’émission Sois, sur VéroTV, à titre de Reine du Shopping.

Je ne suis pas du genre à me plaindre, en tout cas pas publiquement. (!) Mais outre les belles opportunités et les beaux moments,  j’ai vécu mes plus grands défis professionnels avec l’aventure LRDS.  Alors chaque once de reconnaissance au sujet de ce qu’on accompli m’émeut au plus haut point. Je suis une personne hyper sensible, les belles choses me font pleurer plus facilement que les choses tristes.  Véro, sérieux,  tu vas me faire mourir.

LRDS, ce “brand” qu’on porte à bout de bras depuis 4 ans Alex et moi, Véro semble non seulement l’aimer,  elle a choisi de lui donner de la lumière.

Et la lumière de Véro, c’est pas un p’tit éclairage tamisé de souper aux chandelles cute. Nonon. C’est un spot de cinéma capable d’éclairer un terrain de baseball au grand complet, en pleine nuit.

Alors pour tout ça, je remercie Véro du fond du coeur, de même que vous tous, qui parlez de LRDS dans les médias, dans votre entourage,  qui commentez et partagez les publications. À l’ère des réseaux sociaux, où la valeur d’une entreprise se compte en vues de vidéos et en nombre d’abonnés, ces gestes simples contribuent à faire rayonner la Reine et à lui donner la chance de poursuivre sa mission: vous parler de mode de façon accessible, réfléchie et divertissante.

On travaille fort avec notre équipe et j’ai hâte de vous partager nos prochains projets!

La Reine du Shopping  XOX

p.s. Merci aussi à Marie-Soleil Michon et Sébastien Benoît qui ont agrémenté cette chronique de belle façon. Et à ma Marina, qui me donne une vitrine régulière à Radio-Canada.  Love à vous tous.

Qu’est-ce qui rend un talon haut confortable?

Qu’est-ce qui rend un talon haut confortable?

Peut-on survivre au port des talons hauts?

J’ai déjà donné des astuces dans cette vidéo, mais concrètement, dans le style et la confection d’une chaussure à talon haut, qu’est-ce qui peut nous donner du confort?

J’ai eu beaucoup de plaisir à enregistrer cette chronique à l’émission Marina. Docteure Laberge m’écoutait attentivement, assise derrière les caméras et ça me rendait un peu nerveuse…! Ça a créé un beau moment, surtout qu’au niveau des talons hauts, j’avais Marina de mon bord!

 

Merci à Pouliot Orthopédique pour le prêt des chaussures!

Tout savoir pour mieux choisir sa literie

De nos jours, choisir les bons draps est devenu aussi intimidant qu’une allée de shampoings à la pharmacie.

Sauf qu’on ne parle pas d’un achat à 10$!

Voici tout ce que vous devez savoir pour faire un choix éclairé en matière de literie.

Les types de draps en fonction de la fibre :

Le 100% coton

C’est le drap de base. Il est confortable parce qu’il absorbe l’humidité, donc parfait pour ceux qui ont toujours chaud. Il est facile d’entretien… mais froissant. Mieux vaut le sortir de la sécheuse dès que le cycle se termine… ou profiter de la corde à linge si on a la chance d’en avoir une. Généralement abordable, dépendamment de la qualité du coton utilisé, il devient aussi de plus en plus doux avec le temps. Un bon choix!

Le coton égyptien

C’est la cadillac du coton parce qu’il est récolté à la main. Mais encore? Sachant qu’une fibre de coton régulier fait 2 cm et qu’une fibre récoltée à la main peut atteindre 4cm, et que chaque raboutage est une possibilité de boulochage, le coton égyptien bouloche donc moins que le coton régulier. Sa fibre plus longue et plus souple en fait aussi un drap plus doux et plus durable.

tout savoir sur la literieSource: Simons

Le coton pima

C’est une sorte de coton de plus en plus répandue. Il est surtout cultivé au Pérou et est semblable au coton égyptien en terme de qualité et de prix.

Le coton liquide

Le jersey de coton liquide est fait à partir de fils de coton de grande qualité. On compare sa sensation et sa brillance à la soie, mais comme c’est du coton, il est confortable et respirant…en plus d’être laveuse-sécheuse! Son fini est aussi un peu glacé. Un drap qui donne l’impression de dormir à l’hôtel!

Capture d’écran 2016-11-28 à 20.16.54Source: Simons

Le mélange lin et coton

Le lin et le coton sont des matières très confortables à porter, autant l’hiver que l’été, alors imaginez y dormir! C’est un mélange plus cher que le 100% coton, simplement parce que le lin est plus cher que le coton. Pour en avoir pour votre argent,  avant de passer à la caisse, assurez-vous que le lin est en majorité dans la composition.  Pour l’entretien, on lave à la machine, mais la sécheuse n’est pas recommandée. Référez-vous aux directives du fabricant.

tout savoir sur la literieSource: Simons

Le coton bio

Sa première caractéristique est d’être bon pour l’environnement, sachant que la culture traditionnelle du coton est très polluante. Il est généralement de bonne qualité,  mais tout dépend de sa densité, de sa douceur et de la quantité de fils par pouce. Comme sa culture est plus rare, il est plus dispendieux que le coton régulier.

tout savoir sur la literieSource: Simons

La rayonne de bambou

La rayonne de bambou donne un tissu très soyeux et confortable. On la reconnait à son toucher très caractéristique. La rayonne de bambou est un excellent choix pour les gens à la peau sensible parce qu’elle est hypoallergénique et absorbante. Les draps restent frais, ce qui fait que plusieurs humains de type calorifère ne jurent que par eux!

tout savoir sur la literieSource: Simons

Le coton/polyester

On choisit le drap moitié polyester moitié coton pour sa durabilité, sa facilité d’entretien et son prix très abordable. Il froisse beaucoup moins que le 100% coton par contre, il respire moins bien et favorise la sudation.

La percale, c’est quoi ?

Un tissage, tout simplement. Les draps de percale sont tous tissés avec 180 fils et plus. Et justement:

Ça veut dire quoi, le nombre de fils par pouce ?

C’est la densité du tissu.  C’est le nombre de fils dans un pouce carré de tissu. Concrètement, plus le nombre de fils au pouce carré est élevé, plus le tissu est résistant. Plus le nombre de fils au pouce est grand, plus le drap est de qualité? Pas nécessairement.  Tout dépend de la qualité du fil. Un nombre élevé de fils par pouce tend à donner un drap plus raide et plus durable, mais pas nécessairement plus confortable.

Entre un drap en rayonne de bambou à 300 fils au pouce et un coton pima à 500-600 fils par pouce, il se peut que vous préfériez le toucher du bambou… Les fils au pouce, c’est pas tout. C’est une question de préférence, de toucher et…de budget.

Pour tous les détails, cliquez sur les photos!

Choisir et imperméabiliser son linge de table

Dans cette chronique, je vous montre comment choisir vos nappes, napperons, serviettes de table… On les prend en coton, en lin, ou en polyester..?

Je vous présente aussi un produit miracle qui imperméabilise les tissus, pour dire adieu aux taches!

C’est l’idéal sur les coussins extérieurs cet été!

 

Capture d’écran 2016-11-24 à 21.51.05

Capture d’écran 2016-11-24 à 21.53.18

 

Pourquoi certains linges à vaisselle essuient mal?

“Mes linges à vaisselle ne restent jamais beaux.”

Vous vous essuyez les mains dessus en cuisinant? Vous essuyez parfois le plancher après avoir fait un dégât…? Vos linges à vaisselle ne restent jamais beaux,  je vous crois sur parole. Un linge à vaisselle, c’est un linge qui sert à essuyer de la vaisselle propre. Seulement.

Une chose de réglée!

“Mes linges à vaisselles essuient toujours mal au début.” Choisir un bon linge à vaisselle du premier coup? Pas facile.

Alors voici tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sujet…sans jamais oser le demander!

Pourquoi certains linges à vaisselle essuient-ils mal?

1. Trop minces. Un linge à vaisselle absorbant est épais. Même blanc, vous ne devriez pas voir à travers en le plaçant devant une source lumineuse.

2. Tissés trop serrés. Rassurez-vous, les lavages répétés finiront par le détendre.

Astuce

Pour rendre un linge à vaisselle plus absorbant rapidement: utilisez un bouchon de savon à vaisselle en guise de détergent (attention, ça mousse!) et faites-le tremper dans l’eau tiède pendant quelques heures. Testé et approuvé!

Choisir un bon linge à vaisselle

La taille

Le plus grand le mieux. L’idée, c’est de pouvoir essuyer la vaisselle sans jamais y toucher. Autour de 50cm x 70cm, vous êtes en business.

Les matières

Le 100% coton

C’est le plus populaire parce que le coton est absorbant et abordable. Maintenant: coton gaufré ou lisse? J’ai testé deux linges neufs de qualité similaire et le gaufré était clairement plus efficace. J’ai essuyé une coupe à vin en quelques secondes et elle était impeccable. Le coton lisse neuf (je ne parle pas du beau linge épais et lisse tissé artisanalement!) quant à lui, ne faisait que déplacer l’eau sur la coupe.

L’explication: le coton gaufré est généralement plus épais. S’il est plus épais, c’est qu’il y a plus de fibres, il est donc plus facile pour l’eau d’y être absorbée. Le coton lisse qu’on trouve dans le commerce est parfois trop mince (dépendamment de sa qualité) ou tissé trop serré. L’eau n’a pas de place pour être absorbée. Les lavages répétés contribuent à détendre les fibres et à le rendre plus absorbant par contre, un linge mince de moins bonne qualité est plus vite imbibé et n’essuie plus rien.

100% lin

Le lin est une fibre aussi absorbante que le coton mais plus souple, plus résistante et plus longue, ce qui fait qu’elle ne bouloche pas. Elle est aussi antibactérienne, un atout important dans une cuisine. Le prix d’un linge en lin est un peu plus élevé qu’un linge de coton, parce que le lin est plus rare. Il est aussi plus froissant. Celui que j’ai testé n’était pas aussi absorbant que le coton gaufré, mais le lavage l’aidera certainement à le devenir. Avec le lin, je crois qu’on est gagnante sur le long-terme.

Lin et coton

Le mélange des deux fibre (le plus souvent 60% coton 40% lin) offre la résistance, l’efficacité et un prix plus abordable que le 100% lin.

Option pas chère pour les couturières: les boutiques de tissu tiennent du “tissu à linge à vaisselle”, on peut donc avoir des grands linges pour quelques dollars, suffit de passer deux coutures pour la finition. Personnellement, j’ai payé 6$ le mètre à ma boutique de tissu de quartier.

Microfibre

La microfibre est parfaite pour tout, surtout pour les verres et les coupes : elle ne laisse pas de mousses et sèche rapidement. Elle est parfaite pour laver les comptoirs et utilisée sèche, elle fait briller les électros en inox. Elle est aussi très efficace pour laver les lunettes!

L’option économe: acheter le paquet de 75 linges en microfibre de Costco pour 60$. Divisez les linges (et le prix) entre 4 familles… Trouvez-les ici!

Les tapis de séchage

La microfibre est toute indiquée pour ces tapis puisqu’elle sèche très vite. Cliquez sur une photo pour les détails!

ccadd4a21b9c29853dfa711cce885a41_best

L’entretien

Pourquoi certains linges de maison en coton et en lin se sont transmis de génération en génération? Parce qu’à l’époque, la sécheuse n’existait pas. Les tissus naturels restaient donc beaux plus longtemps.

Pour entretenir vos linges à vaisselle et les conserver longtemps (ce que vous voudrez faire si vous investissez dans des linges de qualité)

  1. allez-y mollo sur la sécheuse
  2. évitez à tout prix l’assouplisseur (il est un tueur d’absorption!)
  3. Pour les linges blancs ou pâles surtout: n’oubliez jamais qu’il n’y a pas de bon lavage sans trempage…

 

Voir la chronique complète (à 31:30)

Capture d’écran 2016-02-09 à 11.58.49

Vous avez de bons tuyaux concernant les linges à vaisselle?
Partagez-les nous!

Fixer des embellissements sur un chandail de laine

Si vous aimez modifier vos vêtements, vous aimerez les différents projets que je publierai dans les prochains jours.  Ce sont ceux que j’ai présentés lors de ma chronique diffusée ce matin à l’émission Marina Orsini, vous pourrez donc voir les étapes en détails.

On commence avec le chandail de laine!

Qu’on les appelle embellissements ou studs en métal, ils se fixent facilement, en très peu de temps et dans tous les tissus. Mais si vous voulez pouvoir les enlever un jour, privilégiez les matières résistantes ou celles tissées “lousses” qui vous permettront de fixer les embellissements sans briser la fibre.

Munis de 2 petites griffes, il suffit de les faire passer dans le tissu et de les replier à l’aide de la pointe d’un tournevis plat pour les fixer.  Dans les boutiques d’accessoires de couture, ils coûtent entre 0.20$ et 1$ chacun dépendamment de leur taille.

studs-chandail-laine

Voici le chandail avant.

studs-chandail-laine-avant

Et voici le chandail après. J’aurais pu faire tout le tour du col mais j’aimais l’idée de faire juste une partie, c’est plus délicat et j’aime le résultat.

studs-chandail-laine-après

Pour l’entretien, si votre vêtement se lave à la machine, prenez soin de le mettre à l’envers et dans un filet de lavage pour qu’il ne s’accroche pas dans les autres vêtements et qu’il ne s’auto-mutile pas!  Si vous réalisez ce projet, (sur un jeans, les pointes du col d’un chemisier…) partagez une photo avec nous sur Facebook!

Modifier nos vêtements plutôt que s’en défaire c’est pas juste intelligent, c’est écolo et responsable!

Partagez si vous êtes d’accord!