Les webinaires de La Reine du Shopping

Bienvenue sur la page des Webinaires de La Reine du Shopping!

C’est ici que vous trouverez le sujet des webinaires à venir, et les réponses aux questions fréquemment posées.

Pour vous inscrire à un webinaire À VENIR, cliquez sur le sujet qui vous intéresse, vous serez dirigée vers la page d’inscription, qui donnera aussi tout le détail sur ce que vous apprendrez durant ce webinaire.

Pour ne rien manquer des webinaires, inscrivez-vous à l’infolettre au bas de la présente page!  Merci de nous proposer des sujets qui vous intéressent en utilisant les commentaires, aussi au bas de la page!

Avril 2019

Inscriptions en cours!

Sujet: Sauver temps et argent avec les indispensables de Tupperware

 

Mars 2019

Sujet: L’entretien 101 des vêtements

Février 2019

Sujet: Apprenez à mieux magasiner vos vêtements

 


FAQ – QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES

1. C’est quoi, un webinaire?

C’est une télé-conférence, à laquelle on assiste via son ordinateur, sa tablette ou même son téléphone intelligent, en direct, à l’heure et à la date prévus, en pydge, les deux pieds sur le pouf du salon. Ou encore en différé, au moment qui nous convient.

2. Comment on fait pour y accéder?

Cliquez sur le sujet  qui vous intéresse en haut de la page. Suivez les indications sur le mini-formulaire en ligne.  Après l’inscription, vous recevez un lien par courriel. Conservez-le précieusement et à portée de main, au jour et à l’heure prévus, vous n’aurez qu’à cliquer dessus pour vous joindre automatiquement au webinaire!  *Magie*

3. Je n’ai pas de compte paypal

Le paiement se fait par carte de crédit, via Paypal, mais nul besoin d’avoir un compte Paypal. Suivez simplement les instructions sur la page d’inscription.

4. Qu’arrive-t-il si je m’inscris mais que je ne suis finalement pas disponible ce soir-là?

Aucun soucis: toutes les personnes qui se seront inscrites recevront un lien après le webinaire pour le regarder en différé. Comptez environ 24h pour recevoir le lien, le système doit d’abord traiter l’enregistrement. Le webinaire est ensuite accessible durant environ 2 semaines. Faut pas tarder!

5. Pourquoi le prix est-il en dollars américains?

J’ai beau harceler le service à la clientèle de la plateforme de webinaire (Zoom) pour l’instant, c’est toujours uniquement en dollar US. Mais je n’abandonnerai jamais! Un jour, le dollar canadien vaincra!  🙂

 

 

Le 1er répertoire québécois de boutiques géolocalisé est arrivé!

Depuis que La Reine du Shopping existe, je reçois régulièrement de vos nouvelles par courriel ou sur les réseaux sociaux: des gentils commentaires sur mes chroniques à Marina,  des suggestions de sujets pour un article de blogue, mais surtout des questions très précises sur des adresses de boutiques:

-Allô Laurence! Où je peux trouver une lingerie spécialisée à Rouyn?

-Dis, Laurence, je viens de découvrir les yoga jeans, où je peux en acheter près de chez-moi?

Je serai franche: ça me flatte que vous pensiez que je sais tout sur tout. Mais le Québec, c’est grand, et il y a des milliers de commerces!  Loin de moi la prétention de tout savoir.  Bien sûr, je peux faire des recherches, mais vu le nombre de courriels qu’on reçoit, le temps me manque.

-Qu’est-ce que je réponds? que je demande chaque fois à mon mari et partenaire à LRDS, un peu paniquée.

-Ça nous prend un outil géolocalisé, qu’il m’a dit.

Boom.

Il faut savoir que mon mari a été le créateur et le producteur de l’émission Qu’est-ce qui mijote de Kraft pendant 10 ans.  Alex, c’est le maître des solutions faciles, accessibles et efficaces.  Comme les recettes Kraft. 😉

Mais je le dis souvent: faire simple, c’est très long et très compliqué.

On a mis 3 ans à développer notre outil de recherche.

Notre objectif

Considérant que nous sommes souvent de “mauvaises touristes” dans notre propre ville, l’objectif du répertoire géolocalisé est de nous aider à trouver rapidement et facilement une boutique, en cherchant par marque ou par catégorie. Cliquez sur les mots marque ou catégoerie pour être redirigée vers notre index et tester notre outil! N’oubliez pas d’inscrire votre code postal lorqu’on vous le demandera: ça permet à l’ouitil de vous donner des adresses près de chez-vous! 🙂

Trouver le point de vente d’une marque

Pour trouver le point de vente d’une marque avec Google, c’est facilement  4 étapes et 3 clics:

  1. Chercher la marque sur Google.  Clic.
  2. Sur le site de la marque, trouver l’onglet “points de vente”.  Clic
  3. Sur la page “points de vente”, écrire son code postal.  Clic
  4. Obtenir une réponse

Pour trouver le point de vente d’une marque avec La Reine du Shopping, c’est un seul clic:

  1. Chercher la marque dans l’onglet de recherche sur lareinedushopping.ca.  Clic
  2. Boom. On obtient la boutique la plus près de chez-soi qui vend cette marque.

Pourquoi est-ce si rapide et efficace? Parce que notre outil ultra performant est géolocalisé.

Qu’est-ce que ça veut dire?

En entrant uniquement votre code postal en début de session, tous les résultats des recherches que vous faites sont  automatiquement filtrés, de la boutique la plus près à la plus loin de chez-vous. Vous pouvez aussi évidemment sélectionner une autre ville pour zieuter en vue d’une visite éventuelle…!

Vous pouvez donc chercher votre marque préférée, ou une marque que vous venez de découvrir en inscrivant simplement son nom dans la barre de recherche.

Envie de vous inspirer?  Cliquez simplement sur “marques” en haut de la page pour accéder à notre index. Il contient plus de 5700 marques!

En cliquant sur une marque dans l’index, le système lance une recherche.  En moins de 2 secondes, les boutiques qui s’affichent sont celles qui vendent cette marque, le plus près de chez-vous.

Oui, c’est magique.

Trouver une boutique par catégorie

Vous pouvez entrer un mot clé général dans la barre de recherche, comme taille plus, lingerie, chaussures, friperie, enfants, hommes, femmes etc…

Pour faire une cherche facile par catégorie, cliquez sur l’onglet catégorie en haut de la page.

 

 

En cliquant sur une catégorie, le système lance une recherche.  En moins de 2 secondes, les boutiques qui s’affichent sont celles qui sont spécialisées dans cette catégorie, le plus près de chez-vous.

Oui, je sais, c’est magique.

En cliquant sur un résultat de recherche, vous accédez à la “fiche” de la boutique. Vous obtenez alors plein de renseignements supplémentaires: les directions pour vous rendre, les marques que la boutique tient, les heures d’ouverture, le lien pour visiter le site web et les autres succursales s’il y en a.

 

On a aussi ajouté une section commentaires.  Le bouche à oreille est le meilleur outil marketing qu’on puisse avoir: et si on se donnait aussi la peine d’écrire des commentaires positifs et encourageants pour nos boutiques préférées?

À partir de maintenant, je vais avoir besoin de votre aide. Je vous explique comment vous pouvez m’aider à vous aider:

Le site est conçu de manière à ce que les boutiques prennent le contrôle de leur fiche. Ainsi, les commerçants peuvent la mettre à jour en chargeant leurs heures d’ouverture et en s’assurant d’enlever ou ajouter les marques qu’elles tiennent en magasin.

Plus les boutiques seront nombreuses à prendre le contrôle de leur fiche, plus le répertoire sera précis et efficace pour vous,  les utilisateurs.

C’est donc le moment de partager cet article pour faire connaitre le répertoire. Et si vous connaissez des propriétaires de boutiques, passez-leur le mot!

Merci de suivre La Reine du Shopping, et n’hésitez pas à commenter juste en dessous!

Laurence XOX

L’importance de chérir

Est-ce qu’on chérit toujours tout ce qu’on achète?  À l’émission Les Chefs, Daniel Vézina répétait si souvent aux cuisiniers de “respecter le produit” qu’on en a fait un running gag.  Mais le Chef a raison sur toute la ligne.

Je ne comparerai pas une paire de jeans avec un pavé de saumon à l’aneth, mais posons-nous la question honnêtement: les vêtements, chaussures et accessoires qu’on ramène à la maison, est-ce qu’on les aime autant, une fois l’excitation de la nouveauté passée? Est-ce qu’on leur rend justice?

Je me souviens de mes premiers achats faits avec mes sous,  c’était des vêtements de la regrettée entreprise québécoise Jacob Jr.  On trouvait ça plus cher qu’ailleurs, (ce l’était) mais chaque fois que mes économies d’adolescente me permettaient de m’acheter “du Jâcob”, (je suis Trifluvienne) je portais mes vêtements le plus souvent possible parce que j’en étais extrêmement fière.  En d’autres mots:  je les valorisais. Je les chérissais. Vous savez, ce sentiment de posséder le St-Graal?

Aujourd’hui, des items auxquels on fait vraiment attention,  on en a combien? Des items qu’on agence de toutes sortes de façons pour les porter le plus souvent possible sans que ça paraisse, on en a combien? Des items qu’on regrette de ne pas avoir achetés en 2 exemplaires tellement l’idée de les perdre un jour nous est insoutenable? On en a combien?

Ça, c’est chérir.   Et malheureusement, c’est souvent relié aux produits qui nous ont coûté cher.  Or, ça n’a rien à voir avec le prix. En fait, ça devrait n’avoir rien à voir avec le prix.

Au cours des dernières années, on a collectivement valorisé le petit prix, au détriment du produit lui-même, et de tout ce qui vient avec.  Pendant longtemps,  l’important a été que ce soit le moins cher possible, ce qui a malheureusement contribué à populariser une phrase qui me fait l’effet des ongles sur un tableau: “Au prix que ça a couté, ça durera le temps que ça durera.”

Quand on ne chérit pas un produit, on ne respecte pas non plus la personne qui l’a fabriqué.  Et c’est d’autant plus vrai dans l’industrie de la mode.  C’est correct d’être excitée à l’idée d’un deal…. à condition d’aimer le produit autant que son prix et de le faire durer.  Parce qu’un petit prix, ça reste parfois au fond du tiroir.   Ça s’agence parfois mal.  Ça s’entretient parfois difficilement. On s’en lasse souvent plus vite.

Acheter un deal, c’est pas toujours une bonne affaire. Heureusement, tout ça est en train de changer parce qu’on reconnait l’importance d’acheter un produit pour ce qu’il est, pas juste pour l’aubaine qu’il représente.

Qu’on achète du fast fashion ou des vêtements fabriqués localement, l’important, c’est de les acheter parce qu’on les aime, qu’on les aime vraiment, et qu’on sait qu’on les portera longtemps.  C’est la seule façon de rentabiliser nos sous  et de compenser, dans une certaine mesure, les effets de leur production sur les humains et l’environnement.

Je disais donc que les vêtement pas chers sont généralement ceux dont on se débarrasse le plus rapidementL’ironie, c’est qu’ils sont souvent fabriqués dans des matières synthétiques, (parce qu’elles coûtent moins cher aux fabricants) mais ce sont les tissus les plus durables qu’on puisse trouver. Cherchez l’erreur!

“Oui, mais c’est pas le tissu qui se brise, c’est les coutures qui se défont!” me direz-vous.

Je suis d’accord, j’en suis consciente. Mais se débarrasser d’un vêtement décousu au lieu de le réparer, c’est comme se séparer à la première chicane de couple. Ça en dit beaucoup sur notre attachement réel.

Quand on investit dans un produit  plus cher, on fait généralement plus attention. On chérit beaucoup plus.  Mais pourquoi on aurait pas le même comportement avec ce qui est abordable?

Pourquoi le petit prix justifierait-il que le vêtement ait moins de valeur, à nos yeux?

Non seulement acheter moins ne tuera pas l’économie mondiale, choisir mieux ce qu’on achète et où on l’achète pourrait sauver la nôtre.

Laurence Bareil

 

La Petite Ferme du Mouton Noir habille les petits depuis 28 ans!

Chantal Laperrière, designer de mode diplômée du Collège Marie-Victorin,  a lancé sa ligne de vêtements pour enfants Le Mouton Noir, en 1990.  Elle a ouvert sa boutique, La Petite Ferme du Mouton Noir,  l’année suivante.  Faites le calcul: La Petite Ferme du Mouton Noir habille les petits depuis 28 ans! Avec tous les bouleversements que le commerce de détail a connus au Québec, on ne peut que saluer le succès de la boutique et de sa propriétaire.

Les vêtements Le Mouton Noirs, dont plusieurs sont évolutifs, sont fabriqués dans l’atelier-boutique de Montréal, dans des matières naturelles comme le coton, et même le coton biologique. Wow.

À l’ère du polyester, on craque pour les pyjamas 100% coton!

Les pantalons évolutifs: confortables et ingénieux!

La boutique habille les petits de 0 à 10 ans, et offre aussi les créations de plusieurs autre entreprises, québécoises et françaises.

Pour plus de détails, CLIQUEZ ICI!

Les éponges Konjac Elle R Cosmétiques: douces, efficaces et biodégradables!

Les éponges konjac de la compagnie québécoise Elle R Cosmétiques sont ultra efficaces pour nettoyer, démaquiller et exfolier la peau.  Elles sont plus douces que les éponges de mer, ce qui en fait un choix naturel pour tous les types de peaux, même les plus sensibles.

Mais c’est quoi du konjac?

C’est une plante originaire des forêts tropicales de l’Asie du Sud-Est, dont le bulbe est cuisiné et consommé en Asie depuis plus de 2000 ans. On lui reconnait des vertus nombreuses, comme celle d’être amaigrissante, parce que riche en fibres et très pauvre en calories. En Amérique du nord, plusieurs sont folles des spaghettis au konjac … mais revenons à nos éponges…

Comment ça fonctionne?

On imbibe l’éponge d’eau chaude ou tiède pour qu’elle se gonfle.  Celles conçues pour le visage peuvent retirer le maquillage sans produit nettoyant ou démaquillant, mais rien ne vous empêche d’ajouter une petite quantité de votre produit démaquillant préféré sur l’éponge et de la passer sur votre visage en de petits geste circulaires.

L’éponge nettoie et exfolie la peau en douceur, on peut donc l’utiliser quotidiennement.  Elle sont écologiques et 100% biodégradables.  Un choix vert, on aime ça!

L’éponge est offerte en version naturelle, ou enrichie: de charbon de bambou, d’aloes, de noix…

Après chaque utilisation, on la rince bien et on la suspend pour sécher. (La plupart ont une petite corde qui permet de suspendre pour le séchage.)

Disponible dans les pharmacies Jean Coutu.

Écogriffe: une passion, trois générations, une même adresse

La tuque Écogriffe, ça fait des mois que je la vois sur toutes les têtes. Bon, toutes les têtes c’est un peu exagéré, mais c’est l’impression qu’elle me donne. La tuque est très jolie, mais sachant qu’elle est 100% acrylique – comme bien des tuques de nos jours – jusqu’à tout récemment,  je ne comprenais pas l’engouement.  Je dis bien jusqu’à récemment.  Je vous raconte.

C’est en tombant sur un présentoir Écogriffe chez Jean Coutu que j’ai pu, pour la première fois,  lire les petits caractères sur le logo de la tuque:  “Fourrure recyclée, par Lemieux, Shawinigan Québec.”

Pardon?! C’est relié à Fourrures Lemieux? L’entreprise de la Mauricie? Et chez Jean Coutu? Quelle bonne idée!

Je suis rentrée à la maison et j’ai contacté Écogriffe, à 21h un soir de semaine, pour en savoir plus. J’ai eu un retour en 0.8 secondes – vivement les réseaux sociaux.

Après un appel téléphonique fort intéressant, voici la merveilleuse histoire d’Écogriffe, cette entreprise québécoise familiale de 3e génération qui a su évoluer, se moderniser, tout en conservant la même passion… et la même adresse depuis près de 70 ans.

1951.  Lionel Lemieux, le grand-père d’Andréanne et Marilène Lemieux fonde son commerce sur la rue St-Marc à Shawinigan: Fourrures Lemieux.

1988. Leur père Alain et leur oncle Serge prennent les rennes officielles de l’entreprise après y avoir travaillé de nombreuses années.  L’atelier est toujours à l’étage, la boutique, au rez-de-chaussée.  Même si les affaires vont bien, au début des années 2000, la fourrure recyclée est une avenue qui intéresse déjà les deux frères en affaires. Ils fondent la division Écogriffe, spécialisée dans la fabrication d’accessoires de fourrure recyclée.

2011. L’arrivée d’Andréane, 3e génération de Lemieux, permet de pousser plus loin la marque Écogriffe, avec l’ouverture d’une première boutique à Québec. Sa soeur Marilène se joindra elle aussi à l’aventure.

Les produits faits de fourrure recyclée sont très variés: bijoux, cache-oreilles, foulards, jambières, mitaines, pompons pour le sac, pour la tuque, porte-clés, sacs, vêtements, articles pour la maison etc… Toute la fourrure est nettoyée et transformée dans l’atelier de la rue St-Marc. Bien de son temps et éthique, Écogriffe est d’ailleurs toujours à la recherche de beaux manteaux de fourrure à réutiliser.

Tu veux vendre le tiens? –  ecogriffe.com/achetons-vos-manteaux/

Revenons à la fameuse tuque.

C’est Andréane qui est tombée sur une simple tuque noire sport, et qui a eu l’idée de lui fixer son chic pompon de fourrure recyclée.  Elle a ajouté l’étiquette Écogriffe sur le devant et hop, la fameuse tuque Écogriffe était née.

La tuque et le pompon sont vendus en 2 pièces séparées pour permettre de créer son agencement préféré. Et si la tuque est en acrylique, (bien sûr que j’ai posé la question!) c’est pour conserver son prix abordable, tout simplement.  C’est aussi plus facile d’entretien.   Le pompon amovible, fabriqué localement en fourrure recyclée, enjolive la tuque simple, et crée le contraste si intéressant entre le sport et le chic.

C’est un produit durable qui porte l’histoire d’une entreprise de chez-nous.  Et que dire de l’idée de les vendre en boutiques, mais aussi dans les Jean Coutu?  C’est un coup de génie au niveau de l’accessibilité et une façon rapide de se faire découvrir.  En 4 ans, les points de vente sont passés de 80 à 350 pharmacies Jean Coutu. C’est dire s’il y a une tuque Écogriffe près de chez-vous…

Pour plus d’information, CLIQUEZ ICI!

Merci à Andréane Lemieux pour son temps, et longue vie à Écogriffe, une entreprise de chez-nous, qui a à coeur de réutiliser cette matière naturelle luxueuse, noble et durable qu’est la fourrure, surtout lorsqu’elle est recyclée!

Faures: des vêtements pour femmes enceintes… ou pas!

On pourrait simplement décrire les vêtements Faures comme étant très jolis, minimalistes et fabriqués à Montréal.  Ce serait déjà beaucoup. Mais il y a tellement plus.  Grâce à leurs coupes simples, joliment amples, flatteuses et confortables (du beau travail de développement de produit, on doit le souligner!) ce sont des vêtements qu’on peut porter, qu’on soit enceinte ou non.

On les aime? On les porte? On est enceinte? On les porte. On n’est plus enceinte, on les porte encore. Comment est-ce possible?

Voici la réponse de Sophie et Maude, les femmes à la tête de Faures:

“Tout se joue dans la coupe et le choix des matériaux : nos vêtements tombent bien car ils permettent d’accommoder plusieurs types de silhouettes. Faures propose des vêtements aux lignes minimalistes et intemporelles, tout en étant faciles à porter, faciles d’entretien et durables.”


Parce que les vêtements Faures n’ont pas l’apparence typique des vêtements de maternité, la promesse est qu’on aura encore envie de les porter même une fois bébé arrivé.

Faures, c’est pour toutes celles qui aiment les vêtements fabriqués chez-nous, confortables, polyvalents, faciles d’entretien et durables, qu’elles soient enceintes… ou pas.

Pour plus de détails, cliquez ici!

Les sacs-harnais Cadette Montréal: de l’art et de l’ingéniosité

De l’art et de l’ingéniosité, c’est ce qui décrit le mieux Cadette Montréal. Cadette Montréal, c’est Simonetta Mariano, une costumière de cinéma qui s’adonne – dans ses temps libres – à la confection de harnais et de sacs en cuir qui, une fois fixés ensembles par 4 points d’ancrage super simples, deviennent des sac à dos extrêmement confortables.  Le harnais donne automatiquement une meilleure posture, c’est fascinant!

Les sacs et les harnais sont confectionnés à la main à Montréal,  à partir de cuir tanné au végétal, c’est-à-dire sans usage de chrome. C’est totalement écolo! Les harnais ci-haut sont totalement naturels, sans teinture.  Ils “bronzeront” au fil du temps. On voit déjà la différence avec le sac ci-dessous.

Plusieurs couleurs sont offertes, et les mélanges rendent les produits encore plus uniques!

Aussi beaux que pratiques, les sacs peuvent même être fixés sur le rack d’un vélo… ou installés sur un dos de cheval!

C’est sans parler de tous les accessoires qu’on peut ajouter à son sac, et qui le rendent encore plus pratique… et surtout très cool: un étui à haut-parleur portatif, qu’on fixe sur le harnais, avec, ou sans le sac, des ailes, (j’adore!) ou un étui à bouteille d’eau…

Depuis le jour où j’ai découvert l’entreprise sur Instagram, les sacs de Simonetta me hantent, littéralement. C’est trop de beau pour mes deux yeux!

Pour en avoir plein les yeux, cliquez ici: cadettemontreal.com

Pour trouver un point de vente, C’EST ICI!

Les savons Milca: hydratants, naturels, écolos et locaux!

Fabriqués à Trois-Rivières et distribués dans plus d’une centaine de points de vente au Québec et au Canada (dont les 15 magasins Simons et les boutiques Le Naturiste)  l’entreprise de Miriam Bernier et Paul Greth, les Savons Milca,  a visiblement le vent dans les voiles.

Ce qui distingue leurs savons des autres? La saponisation à froid, une technique ancestrale vieille de 400 ans qui  rend les savons plus hydratants, parce qu’elle crée une glycérine naturelle qui reste dans le savon une fois prêt.  Les savons sont aussi séchés pendant 60 jours, ce qui les rend plus durs, donc plus durables.

Selon Miriam, les gens qui présentent des problèmes comme l’eczéma, le psoriasis ou l’acné les apprécient car ils apportent de nombreux bénéfices à la peau.

Les savons Milca sont enrichis de beurre de karité, et ne contiennent aucun détergent, aucune fragrance, aucun parfum ni huile de palme.  Ils sentent donc bon, tout naturellement.  Ils sont tous bons pour les humains… et celui-ci est bon pour les toutous!

À s’offrir ou à offrir, comme on dit!  Et ça se glisse si bien dans le bas de Noël d’un ado…

Pour plus d’infos sur les savons, cliquez ici:  savonsmilca.com

La Cuisine par Marie-Ève Langlois: gelées et tartinades qui goûtent le ciel

J’ai découvert les gelées et les tartinades artisanales de La Cuisine par Marie-Ève Langlois par pur hasard, plus tard qu’hier, aux Puces Pop. Et croyez-moi, elles goûtent le ciel.

Salutations à Vanessa, la soeur de Marie-Ève, qui a gentiment accepté de me faire goûter cha-cune-des-sa-veurs. Canneberge et Lavande, Citron et Camomille, Pomme et Rose… chaque gelée est infusée de fleurs biologiques et fabriquée artisanalement, évidemment.

Le site de l’entreprise donne une foule d’idées où utiliser les produits selon les saveurs. Cliquez sur les photos  pour en savoir plus.

  

Elles sont toutes à découvrir, mais j’ai eu un faible pour Pomme & Rose et Citron & Camomille.

Parmi les tartinades, on trouve des saveurs aussi étonnantes que délicieuses, comme Caramel Salé & Vanille Fraîche, Caramel & Pain d’Épice, Tomate & Vanille… J’ai craqué pour la tartinade tournesol praliné & chocolat au lait.  Miam!

Comme les deux soeurs le disent elles-mêmes: l’entreprise, c’est le talent culinaire de la Chef Marie-Ève Langlois combiné à la gourmandise de sa soeur Vanessa. Une entreprise de chez-nous à découvrir absolument!

Pour un point de vente près de chez-vous, cliquez ici!